Haricot Magique | Accouchement épisode 2: salle de travail avec vue sur mer
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
2381
single,single-post,postid-2381,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

11 oct Accouchement épisode 2: salle de travail avec vue sur mer

Si vous avez raté l’épisode 1, c’est ici.

Homme et moi sommes finalement admis en salle de travail vers 22h00. Le col n’est pas très dilaté et la douleur est encore supportable, la sage-femme me conseille donc de bouger pour accélérer le travail en attendant que ma kiné vienne me prêter main forte.

Non, je n’étais pas aussi zen… Mais c’était le même ballon.

Bouger, elle en a de bonnes, elle! Le lit prend les 2/3 de l’espace, le siège de Homme à peine moins.  Alors, quand on rajoute le gros ballon d’exercice, autant ne pas être claustrophobe!

«Heureusement», sur l’un des murs de la chambre, s’étale une peinture qui imite sommairement une fenêtre ouverte avec vue sur une mer turquoise. Dans trois heures, Homme et moi ne pourrons plus la voir (en peinture ;-))!

Assise sur le ballon, monito scratché autour du ventre (que c’est stressant, cet appareil!), je rebondis entre les contractions et me concentre sur ma respiration pendant. Homme est toujours un peu démuni et cherche à se rendre utile: « Tu veux que je mette un peu de musique? », « Tu veux que je te vaporise un peu d’eau sur le visage? »

Si, avec le recul, je comprends son désarroi et ses tentatives maladroites de se réapproprier un peu l’action, sur le moment, je ne suis pas tendre avec lui. J’ai mal. Lui non. Il va bien payer pour cette injustice: « Non, pas de musique. J’ai pas la tête à danser un rock! » (mais pourquoi diable aucune des play-lists que j’ai confectionnées avec soin ne correspond à mon envie?) et « Non, je n’ai pas besoin que tu me ‘pschittes‘ de la brume dans le visage. De un, je n’ai pas spécialement chaud et, de deux, ça risque juste d’arroser mes lunettes et de m’empêcher de profiter de ‘la vue sur la plage’ » (mais c’est quoi cet incontournable de la liste de maternité? Aucune envie d’être trempée!).

L’heure avance et la sage-femme me dit que « ça dilate tranquillement ». Hum. :-(

Je lui réponds, encore polie que, de mon côté, ce n’est plus si tranquille que ça et que cela devient difficilement supportable. Elle me conseille d’aller jusqu’à mon maximum avant de demander la péridurale. Bon, elle sait mieux que moi, non? Je vais encore un peu mordre sur ma chique – et sur tout ce qui bouge, y compris et surtout sur Homme qui, passif, se bat contre une furieuse envie de piquer un roupillon -: « Eh bien merci pour ton soutien. Fais ta sieste, l’infirmière te réveillera quand elle sera née!!! » (et voilà, tiens, bien envoyé!). Homme est déboussolé. Il me prend la main. Ca ne va pas non plus. Bat en retraite dans le fauteuil. C’est tendu.

A suivre…

Haricot Magique
info@haricotmagique.be
1Comment