Haricot Magique | Accouchement épisode 3: heure H – 1
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
2383
single,single-post,postid-2383,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

18 oct Accouchement épisode 3: heure H – 1

Si vous avez manqué l’épisode 2, c’est ici.

J’appelle la sage-femme: « Je veux ma péridurale! »

« Ok, j’appelle l’anesthésiste. »

Et trois minutes plus tard, passant sa tête dans l’entrebâillement de la porte, elle déclare comme elle aurait dit ‘Pouvez-vous me passer le sel?‘: « Il est sur une autre intervention. Il sera là dans une vingtaine de minutes. Je vais dire à votre kiné de se mettre en route. » Et elle disparaît avant que j’ai eu le temps de réagir. Tant mieux pour elle. Tant pis pour Homme. Ses « Ça va aller! Ce ne sera plus très long… » m’horripilent. Ses silences aussi. Nous égrainons les minutes.

L’anesthésiste fait son entrée. C’est mon sauveur. Il a donc droit à ce qui s’approche le plus d’un sourire. On ne sait jamais qu’il reparte, hein…

« Tenez-vous droite! » m’ordonne-t-il, « je vais piquer dans la colonne ». Je me dis qu’il n’y a bien qu’un mec pour demander à une femme à l’agonie et ronde comme une mappemonde de se tenir droite… mais je m’exécute du mieux que je peux. Et le voilà qui ajoute, sur le ton de la conversation, en étalant le désinfectant: « Droite, j’ai dit. Vous savez que vous êtes complètement désaxée. Vous vous tenez de travers. Vos épaules ne sont pas au même niveau. ‘Faudrait voir un ostéopathe… » Ok, ok, ok, comme j’aurai certainement plein de temps libre une fois que bébé sera là, hein… Bon, tu vas piquer ou quoi??? Et lui de conclure en piquant: « En tout cas, c’était limite: vous êtes à 8 centimètres, m’a dit la sage-femme. »

Ça y est. Ça va tellement mieux. Cet anesthésiste a bien dosé le produit. Ma kiné, arrivée entre-temps, me le confirme. On va pouvoir travailler correctement pour aider bébé car je n’ai pas perdu toutes mes sensations. Je sens à présent que le travail progresse mais sans en souffrir. Waouw!

Je profite de l’absence momentanée de ma kiné pour faire mes plus plates excuses à Homme et je lui propose même – il est trois heures du mat’ – de s’assoupir s’il le souhaite. Mais une question le taraude et il a moins peur de me la poser depuis que je ne ressemble plus à un chien enragé.

Il se lance: « Dis, quand tu dis qu’on choisira le prénom en la voyant… Si, pour une raison ou une autre, tu n’étais pas en capacité de le faire, moi je ne vois pas très bien comment je vais décider si elle a plutôt une tête à s’appeler comme çi ou comme ça. »

Et moi de répondre, à la fois détendue et tout à coup un chouia fatiguée: « Ok. Je comprends. Choisis maintenant celui que tu préfères, alors. Si, par hasard, je trouve que l’autre colle mieux en la voyant, il sera toujours temps d’en discuter mais, pour éviter de te stresser, disons que ce sera celui-là. Vendu? »

Trois minutes plus tard, Homme ronflait. L’esprit en paix, laissant sa femme et sa fille en instance d’arrivage aux mains expertes et directives de la kiné.

Qui opéra tant et si bien que 20 minutes plus tard, nous abandonnions la salle de travail pour celle d’accouchement.

A suivre…

Haricot Magique
info@haricotmagique.be
No Comments

Post A Comment