Haricot Magique | J’apprends
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
432
archive,category,category-japprends,category-432,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive
Agenda
10 sept
Agenda

Voici l'agenda des ateliers de cette semaine ⚠️ Chaque atelier requiert l'inscription auprès de l'animatrice. Vous trouverez toutes les informations sur notre page Facebook : Haricot Magique, dans l'onglet "Événements" At Haricot Magique we have workshops for the entire family ‍‍‍‍‍‍‍‍ Don't forget to subscribe : click here :) ...

Le produit de la semaine: la montre PAM TIM

Cela fait un an environ que Haricot 2 (8 ans) sait lire l'heure. Bien pratique pour apprendre à organiser son temps et visualiser la durée restante d'une activité en cours. Et, par conséquent, gagner en autonomie. Mais pour Haricot 3 (4 ans), c'est une autre affaire! Confronté, à sa mesure, aux mêmes besoins que son grand frère  (« Maman, c'est quand qu'on va sortir? »... « Papa, c’est quand le goûter? »...), il commence à peine à reconnaître les chiffres et, surtout, il est trop petit pour décoder les informations un peu abstraites qui se cachent derrière les aiguilles d'une montre. Mais il existe à présent une solution pour répondre à ses interrogations: la montre PAM TIM!

PAM TIM, c'est une montre intelligente pour les plus petits, dès l'âge de 3 ans. Intuitive grâce à ses pictogrammes, elle permet aux enfants d'identifier petit à petit - et de mieux en mieux - les temps forts de leur journée. Pas d'aiguilles, donc, mais des images que les petits comprennent et adoptent immédiatement. A telle enseigne que, lorsque j'ai attaché pour la première fois sa PAM TIM au poignet de Haricot 3, il m'a dit spontanément: « C'est l'heure d'aller dormir »! Bon, il l'a un peu regretté par la suite mais, ça, c'est une autre histoire! :roll:

Le concepteur de la montre, Johann Graff, explique: « Le principe est simple: dans notre montre, il n'y pas de petites et de grandes aiguilles, d'heures et de minutes, ni d'obligation de savoir compter. Nous avons créé une combinaison de pictogrammes temporels et d'activités qui permettent à l'enfant de reconnaître les différents moments de sa journée. »

Comme un poisson dans l'eau!

Activité très en vogue dans les années '80 et '90, les séances de bébés nageurs ont aujourd'hui du plomb dans l'aile... ou plutôt du chlore dans les poumons! :-| La pratique est désormais fortement déconseillée par les experts du Conseil supérieur de la santé, en conclusion d'un rapport qu'il a publié récemment sur les risques du chlore sur la santé.

Cette méthode avait été lancée dans les années '60 pour familiariser les bébés avec l'eau et diminuer les risques de noyade, première cause de mortalité infantile par accident de la vie jusqu'à l'âge de 14 ans. On parle ici des cas de noyade dans des piscines mais aussi en baignoire. On se rappellera à cet égard qu'un bébé peut se noyer dans quelques centimètres d’eau.

Si l'objectif premier des séances de bébés nageurs était donc la sécurité, d'autres avantages ont été mis en avant sur le plan de l'épanouissement des tout-petits: découvertes sensorielles, activités motrices, développement psycho-affectif, éveil social...

Retour vers le futur: les enfants et le temps

"Demain, dans une semaine, après la sieste, dans trois dodos, une minute..."

Notre vie d'adulte regorge de balises et de référents temporels... qui tiennent en revanche du charabia incompréhensible pour nos haricots avant 6 ans.

Pas la peine d'essayer d'expliquer à votre bébé affamé qu'il doit attendre une minute que le biberon chauffe. En admettant même qu'il veuille prêter l'oreille à votre explication (ce qui, en soi, est déjà peu probable), il ne sera pas en mesure de vous comprendre. Pour la bonne et simple raison que, avant 5-6 ans, la notion du temps est infinie:  en gros une minute, une heure et une journée signifient la même chose.

Autour de 5-6 ans, en revanche, le temps acquiert peu à peu trois dimensions: il y a le passé/avant, le présent/maintenant et le futur/après.

Préparatifs de rentrée

Comme vous tous, en cette "radieuse" fin de mois d'août, la Magic Team oscille un peu entre derniers arrière-goûts de vacances et premiers avant-goûts de reprise. C'est pareil pour nos Haricots. Ils ont fait leurs adieux à leurs moniteurs et compagnons de stage, amours de vacances, gardiennes de remplacement, mamie ou parrain dévoués et déambulent dans le jardin ou la maison. Etonnement, ils ont presque instinctivement troqué les cavalcades de western et autres mises en scène costumées et tapageuses contre des coloriages appliqués, des jeux de société ou d'habiles constructions.

Quelque chose se trame et même les plus petits, pourtant un peu moins concernés, sentent que ce quelque chose dans l'air n'est pas du qu'aux caprices de la météo.  Comme si le "cadre scolaire" et tout ce qu'il implique en terme de rythme et de logistique reprenait discrètement ses droits après deux mois passés sous des auspices globalement plus zens.

L’acquisition de la propreté …

...Ou non. C’est fou comme les choses sont différentes d’un enfant à l’autre.

Premier petit Haricot: mon chéri, dans deux jours tu iras à l’école, donc on va t’enlever ton lange. Quand tu dois faire pipi/caca, tu le dis à papa ou maman et tu iras sur le pot. Hum... ok? Ben oui. Ok. Un an d’école, deux «accidents». Belle moyenne!

Et partant de là, bien entendu, l’apprentissage de la propreté...une broutille! Fingers in the nose! Euh oui. Enfin ça, c’était pour notre premier Haricot.

Des surprises que nous réserve la phonétique…
... lors de l’apprentissage de la langue chez nos loulous!
A plusieurs reprises cette semaine , j’ai été amusée -voire scotchée- par la logique linguistique de mes niouks.

Ainsi Haricot 3, 2 ans et demi, un matin, alors que je me maquillais consciencieusement (en vitesse, hum!):

-  « C’est quoi que tu mets maman? » -  « Du maquillage, mon chéri. » -  « Il est où ta quillage??? »

Ou encore Haricot 2, 6 ans, à propos de sa marraine: -   « Dis maman, en fait, marraine, c’est comme si c’était ma reine! » (il m’a fallu du temps pour décrypter ses explications à l’oral, d’ailleurs!) « Donc on pourrait dire que c’est ma ma reine mais ça ça ne se dit pas, hein maman? » -   « Euh... non, effectivement, ça ne se dit pas mon chéri... Tu y verras plus clair quand tu liras les mots écrits. »

A pas de géant, épisode 2: adieu langes nocturnes!

Récemment, mon Haricot 1, 3 ans et demi, s’est donc débarrassée de ses tutes sans autre forme de procès, suite à une remarque - « malposition dentaire à surveiller » - figurant sur le bilan de la visite médicale. C’était un mardi soir. J’avais été impressionnée par la volonté de ma petite-grande et chamboulée par la radicalité du changement.

Et cela n’allait pas s’arrêter là.

Bien sûr, on connait tous la théorie des dominos: quand le premier tombe, les autres suivent inévitablement. Mais en pratique, au quotidien, cela continue de surprendre...

A pas de géant, épisode 1: adieu tutes!

Mon Haricot 1 a 3,5 ans. Elle n’a jamais sucé son pouce mais a rapidement adopté une, puis deux tutes pour dormir. Oui, je sais tout ce qu’on dit sur les tétines mais si on en accepte une, la deuxième ne fera pas plus de dégâts. Par contre, elle doublera les chances de son propriétaire de retrouver l’une ou l’autre en cas de perte nocturne... et donc les chances des parents de ne pas avoir à se lancer dans des fouilles archéologiques au milieu de la nuit. Ce qui est très appréciable. Vous me suivez?

Bref, l’habitude était bien ancrée, tant de nuit que de jour d’ailleurs, même si l’usage diurne allait en diminuant, au vu de l’interdiction des (mau)dites tutes à l’école.

Après une première visite chez la dentiste qui avait sensibilisé - sans alarmer - Haricot 1 aux maléfices irréversibles de la tute, Homme et moi avions envisagé qu’elle en fasse don à Saint Nicolas en décembre dernier. Mais comme elle avait « reçu » un petit frère - tute addict, lui aussi - quelques mois auparavant, nous avions postposé la manoeuvre.