13 sept Cauchemars! (Episode 1)

“Encore cinq minutes de dvd, s’il te plaît, s’il te plaît, s’iiiilll teeeeee plaîîîîîîît…”

“Tu montes faire pipi avec moi, je veux pas aller toute seule…”

“Je veux pas aller dans ma chambre, je suis même pas fatiguée, d’abord!”

Il nous a fallu un peu de temps à Homme et moi pour percuter. On n’a pas mis le doigt tout de suite sur ce que cachaient les tentatives désespérées de Haricot 1 de retarder l’heure du coucher…

Mais quand, tremblante, Haricot 1 a fini par nous supplier de rouvrir les stores, rallumer la lumière et laisser la porte de sa chambre ouverte, notre franc est tombé. Ca y était, ni elle ni nous n’allions y couper, à ces fichues peurs nocturnes! :-(

Il faut dire qu’elles nous ont un peu prises par surprise, les vicieuses. Haricot 1 a toujours dormi dans le noir total, avec 50 peluches mais aucun doudou en particulier et d’un sommeil de plomb (qui me faisait furieusement envie, d’ailleurs). Il n’y avait aucune raison de penser que cela n’allait pas continuer, si?

En fait, si. Il y avait des raisons.

La première étant que, de tous les troubles susceptibles de se présenter  au fil de la croissance de l’enfant, ceux du sommeil sont les plus courants. Chouette! :-s

Il semble de notoriété publique que de 2 à 4 ans, l’enfant refuse souvent d’aller se coucher et se réveille en pleurs.  ( “Ah, Haricot 1 nous aurait donc épargné cette phase? C’est déjà ça…”) tandis que de 3 à 5 ans, c’est la peur des monstres, des voleurs et du noir qui peut entraîner des difficultés lors du coucher. (“Nous y voilà. En plein dedans!”)

Donc, chez Haricot 1, qui va fêter ses 4 ans à la fin du mois, les coupables sont  précisément et exclusivement les loups et les sorcières… “mais pas les bébés loups ou sorcières, parce qu’eux, ils ont rien fait et ils sont gentils” (dixit l’intéressée mais en réalité, cette différence nous fait une belle jambe…).

Et on peut dire d’où viennent tant l’un (ce fichu canidé) que l’autre (cette satanée fée maléfique au nez crochu).

Le premier s’est matérialisé à l’écoute d’une histoire des “Petites filles modèles” de la Contesse de Ségur. (Je ne me sens pas coupable, c’est un cadeau). Ces idiotes se perdent dans le bois, la nuit tombe et survient alors – suspense entretenu pas la narratrice (Arielle Dombasle. Je déteste Arielle Dombasle!) – une énorme bestiole dont le souffle chaud provoque des cris d’effroi chez les fillettes (Tu m’étonnes! Mais qu’est ce qu’elles foutaient dans un bois en plein milieu de la nuit, hein???) et le gentil bucheron a beau arriver rapidement pour les secourir, chez Haricot 1, le mal est fait!

La seconde n’était rien d’autre qu’un déguisement. Une monitrice qui, lors du dernier stage de vacances d’Haricot 1, s’était grimée en affreuse à verrues pour… je n’ai jamais su très bien pourquoi d’ailleurs parce que tout ce que j’arrive à obtenir de Haricot 1 quand je tente de remettre le sujet sur le tapis pour dédramatiser c’est “On a tous eu peur – correctif, je sais de source sûre qu’elle a été la seule à hurler – mais en fait, c’était Ludmila qui avait fait une blague. Mais en fait, c’était pas vraiment une vraie sorcière, Maman…” Hum, personnellement, j’en suis convaincue mais je ne dirais pas que c’est grâce à sa force de persuasion. ;-)

Enfin, quoi qu’il en soit, la voilà obligée de partager ses nuits avec loups et sorcières. Et en pratique, c’est pas jojo! :-(

Rendez-vous jeudi pour tous les détails (Eh oui, moi aussi, je peux me la jouer Arielle Dombasle! :-)) Allez plus que deux fois (ne pas) dormir! Niark niark niark!

Haricot Magique
info@haricotmagique.be
No Comments
  • sophie
    Posted at 12:48h, 13 septembre Répondre

    Je vis exactement mais vraiment EXACTEMENT la même chose depuis quelques jours, si ce n’est qu’en plus du “je ne veux pas me retrouver toute seule” j’ai droit aux pleurs en sursaut la nuit et lorsque je vais lui demander ce qu’il se passe c’est toujours une connerie du genre que la couette est mal mise, que l’oreiller est à l’envers et qu’on ne voit pas Hello Kyttie, que sa gourde n’est pas assez remplie… Je suis crevée. Il y a t’il quelque chose à faire????????????? Combien de temps ça peut durer? Merci

  • Haricot Magique
    Posted at 07:38h, 14 septembre Répondre

    Les cauchemars disparaissent en général spontanément vers 5 ans…Pour revenir (mais en moins fort ;-)) vers 10! Pas grand chose à faire d’autre la nuit que de rassurer et être à l’écoute. Par contre, en journée, discutez-en bien avec l’enfant, rappelez-lui que les monstres n’existent pas, regardez ensemble les livres qui en ont et dédramatisez… N’hésitez pas non plus à le dire que faire des cauchemars, c’est normal, que tout le monde passe par là… L’enfant construit sa réflexion et ses cauchemars participent à ce processus. Parfois, les cauchemars sont liés à une étape importante dans la vie de l’enfant (naissance, deuil…) et lui permettent d’y faire face… On est pas très loin de la rentrée des classes, c’est peut-être une piste à explorer avec elle ;-)?

Post A Comment