Haricot Magique | Désir de grossesse
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
16667
single,single-post,postid-16667,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

22 oct Désir de grossesse

J’en discutais récemment avec une lectrice du blog: y-a-t-il un “bon” moment pour tomber enceinte?

On le sait, les gynécos le répètent depuis quelques années, les femmes ont leur premier enfant de plus en plus tard. Dans les années 60, la moyenne était de 24 ans, elle est passée maintenant à 28.

On sait aussi qu’il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte, le degré de scolarité, la carrière, le couple, la situation financière…

Et finalement, on se pose la question: c’est quand, qu’on peut s’estimer “prêt”?

On ne parle bien que de ce qu’on connaît, je dirais donc que, pour moi, le sujet est venu sur le tapis assez vite. Il faut dire que Haricot 1 était déjà là, puisque nous sommes une “famille recomposée”, et que nous ne voulions pas un trop grand écart entre lui et les suivants.

Et puis malgré tout, on s’interroge: où en est-on niveau professionnel, faudra-t-il déménager, notre couple, qui fonctionne plutôt bien sans trop de contraintes (bon, on ne se voile pas la face hein, des enfants, ce sont aussi des contraintes, en terme d’horaires, de sorties, de choix à poser), est-il assez fort pour passer ce cap, aura-t-on les moyens, trouvera-t-on une crèche, …

Pfiouuuu. Il y en a, des questions qui surgissent.

Eh bien finalement, je pense qu’on ne sait pas, qu’on ne peut jamais être certain que c’est LE bon moment.

Ce n’est sans doute pas super rassurant, il n’y a pas de formule magique, pas de façon d’avoir une certitude.

Juste ce sentiment qu’à un moment, on se sent plus ou moins prêt, plus ou moins capable d’assurer le quotidien avec un mini-Haricot. ;-) Je pense qu’on ne peut jamais être au-delà de ça, en fait.

Et je reviendrai, dans un prochain billet, sur les énoooooooormes différences entre une première grossesse et la/les suivantes, parce que ce n’est pas pareil du tout non plus! Pour une première grossesse, avouons qu’il est quand même rare qu’on pense spontanément hémorroïdes, vomissements, boutons, sciatique, manque de sommeil, … Allez, j’arrête là! :-D

Bon quand même, j’ai développé un truc perso: j’analyse ma première réaction quand je vois une femme enceinte.

Avant Haricot 2, j’étais en pâmoison.

Avant Haricot 3, je fondais.

Maintenant, je me dis “Ah, la pauvre, sait-elle seulement tout ce qui l’attend????” (je vous ai déjà dit que je pensais avoir atteint mon quota? Mmmmh?)

Audrey Somers
audrey@haricotmagique.be
No Comments

Post A Comment