Haricot Magique | Enfants sous pression?
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
24073
single,single-post,postid-24073,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

08 juin Enfants sous pression?

Illu-pression-école

Il y a quelques jours, je lisais sur Facebook (oui, c’est pour le boulot!) le statut d’une maman qui était débordée par les révisions de sa fille pour les examens. Sa fille de 9 ans donc. Il y a des “contrôles examens” à l’école et les parents doivent faire répéter leurs loulous, inventer des exercices, etc etc… L’instit de cette année semble assez chaotique et compte visiblement pas mal sur les parents pour ré-expliquer la matière et mettre de l’ordre dans les apprentissages.

Evidemment, puisque c’est un peu le principe de Facebook on est d’accord, pas mal d’interventions ont eu lieu et c’est visiblement une situation assez fréquente.

Tombée des nues je suis.

Non pas que je ne sache pas que le travail scolaire existe en dehors de l’école, merci, mais de voir les proportions que cela pouvait prendre parfois, chez les plus jeunes surtout, je trouve cela assez hallucinant. Plusieurs heures de boulot après une journée scolaire me semble totalement anormal.

On peut s’interroger sur plein de choses: est-ce que ce sont les parents qui sont trop exigeants, certains instits mal formés, les rythmes inappropriés? Un peu de tout, certainement, et chaque situation a ses particularités.

L’idée n’est pas de faire un billet polémique ici sur les responsabilités des uns et des autres, mais juste d’avoir en tête que nos enfants sont… des enfants, qu’ils ont leurs forces, leurs difficultés, leur âge, leur rythme, leur façon de grandir, leur caractère, et qu’on peut les encourager, les motiver, les soutenir, les écouter, mais en gardant leur autonomie comme objectif à atteindre. Parfois, à l’école, ils vont tomber sur un-e mauvais-e prof. Parfois, à la maison, on va leur en demander trop, pour qu’ils réussissent, soient dans les “meilleurs”, alors que peut-être ce n’est tout simplement pas leur voie. Parfois, dans la cour, des petits caïds les embêteront, et on se sentira tellement impuissant.

Et, dans la foulée de ces échanges “facebookiens”, je suis tombée le même jour (il n’y a pas de hasard. Ou si. Ou c’est une conspiration des lutins des bois) sur cet article dont je vous conseille la lecture: “Plus nous protégeons nos enfants, moins nous les protégeons” . Il n’y est pas question que de scolarité, mais de norme, d’aspiration, de crainte, d’exigence, de détresse et aussi de solutions.

Il m’a servi dès aujourd’hui (dimanche) quand Haricot 3 m’a dit en fin de matinée “Ah tiens demain chez moi ze commence les examens”.

Inutile de dire qu’on fait le point sur leur travail scolaire le vendredi soir afin de planifier le week-end et qu’il n’avait “rien”? Ni qu’il était invité à un annif de 13h00 à 18h00 cet aprèm?

Bref, il s’est amusé, est allé au lit comme d’hab et je me dis, une fois encore, qu’on a bien de la chance avec l’équipe pédagogique de leur école, qui réussit le double exploit de les instruire tout en les responsabilisant devant leur travail. Thanks again!

(bon quand même vivement les vacances) (pardon les instits mais le lever est vraiment trop matinal!)

Enfant-sans-stress

Audrey Somers
audrey@haricotmagique.be
No Comments

Post A Comment