Haricot Magique | Happy 18!
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
6531
single,single-post,postid-6531,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

07 fév Happy 18!

Les Haricots! Tout un poème! On les aime à s’en faire éclater le cœur. Ils nous font prendre 5 ans en 10 minutes mais réclament de nous, et c’est salvateur, que nous restions à l’écoute de l’enfant que nous étions. Ils nous émeuvent, nous exaspèrent, nous étonnent, nous inquiètent, nous aiment de manière inconditionnelle et grandissent, vite, tellement vite!!!

Impossible aujourd’hui de freiner mes envolées lyriques sur ce statut si plein de mille choses et plus encore que celui de Parent. Excusez-moi, mon Haricot 2 a 18 mois! Et, encore une fois, je ne l’ai pas vu venir, occupée que j’étais à aller de l’avant, à toute vitesse et dans tous les domaines.

En opérant un flash-back à grand renfort de photos, je me suis demandée à quoi était due la nostalgie que j’éprouvais au visionnage des photos prises à la maternité.

Bien sûr, accueillir un bébé culmine au top des moments de grâce qui jalonnent une vie.

Bien sûr, il faisait beau et chaud alors qu’actuellement je n’en peux plus d’avoir froid dans la grisaille monochrome de ce si long hiver.

Bien sûr, le personnel de la maternité était aux petits soins et se coupait en quatre pour créer les conditions idéales pour cocooner en tête à tête ou en quatuor.

Et voilà, c’est ça, on y vient, à la notion de cocon. Celle-là même qui n’existe que là. Que pendant ces quelques jours où, hors du temps et des contingences du monde extérieur, vous pouvez vous regarder dans le blanc des yeux, vous et votre tout nouveau petit d’Homme, vous embrasser, vous toucher, vous apprivoiser. Vous, lui, sa sœur et son papa seulement préoccupés par l’établissement naturel de liens d’une force insoupçonnable. Des liens qui pourront parfois être mis à mal par la rudesse de la vie mais que rien jamais ne brisera.

Puis vous bouclez votre sac et Homme arrive avec le Maxi-Cosi. Fin de la parenthèse enchantée. Au revoir maternité, bonjour réalité. Ce n’est pas que vous auriez voulu prolonger la session car votre quotidien vous appelle aussi. Puis vous savez confusément que tout se jouera bien plus certainement dans votre cadre de vie habituel qu’à l’abri des couleurs pastel de la maternité… et, de toute façon, vous n’aurez plus le temps d’y penser une fois de retour chez vous parce que le rythme effréné de votre vie de sédentaire occidental consumériste reprendra vite ses droits et que, demain ou presque, votre bébé fêtera ses 18 mois. C’est la vie! Comme on dit…

N’empêche. Haricot 2 pousse. Pousse bien et vite. Plus vite que Haricot 1? J’aurais tendance à le penser mais peut-être est-ce mon point de vue qui influence mon comportement qui, lui-même, influence son évolution. J’ai passé moins de temps, c’est certain, à empiler des blocs pour les voir s’effondrer dans un grand éclat de rire avec Haricot 2 qu’avec Haricot 1. Mais Haricot 1 l’a fait avec son petit frère. C’est aussi inestimable comme apport.

Un second peut-il regretter de ne pas être enfant unique à partir du moment où c’est une situation qu’il n’a jamais connue? Une première peut-elle regretter de ne plus l’être? Parfois sans doute mais le plus souvent la fratrie est une richesse. Les liens toujours.

Haricot 1 surveille avec impatience les progrès de son frère. A peine avait-il réussi à s’asseoir qu’elle l’exhortait à marcher et maintenant qu’il court et la suit -voire la précède parfois – dans leurs aventures, elle voudrait qu’il parle mieux et mieux encore. Mais pas mieux qu’elle quand même. Saine ambivalence…

Haricot 1: “Dis, Maman, Haricot 2, il sait pas compter jusqu’à vingt?”

Moi: “Bah non, ma puce. Il est encore trop petit.”

Haricot 1, faussement désolée: “Dommage, il pourra pas encore jouer à me trouver à cache-cache.”

Moi: “Et si vous essayiez de jouer malgré tout?”

Haricot 1, définitive: “Non, pas possible. Cache-cache, c’est que pour les grands qui savent compter jusqu’à vingt. Comme moi.”

:-)

Haricot Magique
info@haricotmagique.be
No Comments

Post A Comment