21 déc La fin du monde peut attendre

A moins d’être témoin de Jéhovah, ce n’est pas tous les jours qu’on inscrit la fin du monde à l’agenda! Vendredi vingt-et-un décembre de l’an de grâce deux mille douze, enfin, nous y voilà!

Pour cette occasion somme toute assez particulière, j’avais donc décidé de mettre les petits plats dans les grands et de développer quelque propos empreint de romantisme au départ de cette pensée de l’auteur de… “Demain n’existe pas”, Julien Green: « Chacun vit une fin du monde en vieillissant ». Mais c’était sans compter sur le manque d’enthousiasme manifesté par la cogérante de Haricot Magique alias ma tendre moitié ;-) à l’évocation de cette thématique. Il y eut aussi cette réflexion, lapidaire, d’une collègue, à propos de ceux qui écrivent en “faisant du Proust” (je précise tout de suite que ce commentaire ne m’était pas destiné… enfin, j’ai la faiblesse de le croire :-?). Et puis, il y a quelques heures à peine, cet ami artiste qui, dressant un bilan de ses activités, avoua que, s’il avait choisi de faire uniquement les choses qui lui plaisaient, il ne les aurait sans aucun doute faites que pour lui seul!

Cette dernière considération asséna le coup de grâce à mes velléités nostalgiques. Foin d’eschatologie. Et je ne vous parlerai pas davantage du sentiment persistant qui m’habite d’avoir vu disparaître, au cours de cette année, davantage de “madeleines” de mon enfance que par le passé. Enfin… pas cette fois. :-)

2012 aura cependant été, pour Haricot Magique, l’année de l’apocalypse… au sens premier du terme! Étymologiquement en effet, le mot « apocalypse » (du grec ancien ἀποκάλυψις / apokálupsis) signifie « dévoilement ». Ce n’est que par la suite, essentiellement en raison de l’incompréhension des prophéties contenues dans l’Apocalypse de Saint Jean, dernier livre de la Bible (assez hermétique pour le profane, faut-il le dire), que ce terme s’est progressivement chargé des fantasmes et des peurs liés à la fin du monde.

Année du dévoilement, donc. Dévoilement d’un projet mûri de longs mois durant: l’ouverture d’un café poussette, première du genre en Belgique. Que d’évolutions en quelques mois à peine! Projet encore balbutiant à l’aube de 2012, il s’est progressivement matérialisé pour devenir notre quotidien.

Entre-temps, il s’en est passé des choses, plaisantes ou non: un premier projet retenu, des visites de locaux sordides ou impayables, une remise en question, des erreurs administratives, l’appel d’un Ami, la confiance d’un propriétaire, l’absence d’une antenne Atrium, des soutiens efficaces, l’obtention d’un financement, la photo d’un comptoir envoyée par MMS, une prime régionale pour notre engagement en faveur du développement durable, des retards dans les travaux, un appel de la police, des futurs partenaires qui disent oui, un futur ex-partenaire qui fait téléphoner sa collaboratrice pour dire non, un futur fournisseur qui dit non puis oui, un autre qui nous déçoit encore et encore, des coups de main appréciés, une injonction pas très positive d’outre-Quiévrain (à suivre)… mais surtout, depuis l’ouverture, le 6 novembre dernier, une couverture médiatique nationale (nous vous proposerons bientôt sur ce site une revue de presse exhaustive), un accueil très chaleureux du quartier, de chouettes collaborations et, surtout, des clients – petits et grands! – fantastiques! 8-) Que soient remerciés ici toutes celles et tous ceux qui ont cru à ce projet un peu fou et qui ont contribué à sa réalisation, chacun à sa manière.

Et ce n’est que le début: dès janvier, nous démarrons les ateliers thématiques. Dès lors, vous comprendrez que, pour nous, la fin du monde peut attendre! ;-)

Au fait, le 21 décembre, c’est aussi le premier jour de l’hiver, information qui a quasiment été… éclipsée cette année. Pourtant, il s’agit là d’une bonne nouvelle puisque le solstice d’hiver apporte, à terme, la promesse de jours plus longs et, dans l’immédiat, celle d’une période festive que nous vous souhaitons très belle!

Laurent Daube
laurent@haricotmagique.be
No Comments

Post A Comment