Haricot Magique | Le quart d'heure manquant
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
19182
single,single-post,postid-19182,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

17 juin Le quart d'heure manquant

Late!

On a tous plus ou moins appris à l’école la théorie du chaînon manquant.

Mais personne ne m’avait jamais parlé de celle du quart d’heure manquant et, pourtant, au quotidien, ça m’aurait été vachement plus pratique, en fait.

Parce que je ne sais pas vous, mais moi, chaque jour, j’ai l’impression de courir derrière 10-15 minutes.

Ces minutes qui feraient que je pourrais ne pas hurler comme une poissonnière sur une bagnole qui traîne devant moi parce que ça me met en retard, et que quand j’ai 8 minutes pour arriver quelque part, ben j’en ai pas 9.

Ces minutes qui feraient que, le soir, les Haricots soient au lit, couchés, dents brossées et histoire lue à 20h00.

Ces minutes qui feraient que le matin, je ne doive pas choisir entre le sèche-cheveux ou un coup de maquillage pour récupérer des nuits trop courtes.

Ces minutes qui feraient que les repas soient prêts quand les copains arrivent, et pas que je sois encore à passer un coup d’api en vitesse au moment où la sonnette retentit. Enfin pour l’instant elle est en panne et, pas de bol, il nous manque justement, chaque jour, les minutes qui feraient qu’on pourrait la réparer! ;-)

Ces minutes qui feraient qu’un petit imprévu est gérable.

Ces minutes qui feraient que je pourrais parfois bouquiner en journée plutôt que de rogner sur la nuit pour retrouver mes personnages de fiction qui sont ma soupape de décompression (non j’déconne, lire en journée, ça fait… pfiouuuuuuu… voilà quoi!)

Mais, se diront les esprits malins, il suffirait de se lever 15 minutes plus tôt. Que nenni que non. Vous pensez bien que j’ai essayé! Et ces jours-là, eh bien, il se passe toujours un truc: une tasse renversée, une machine qui a débordé, un enfant qui ne veut pas se lever… Alors, certes, sans le lever plus matinal, ce n’est plus derrière 15, mais bien derrière 30, voire 45 minutes qu’il aurait fallu courir… Mais il aurait fallu courir quand même!

On charge trop nos journées? On est trop exigeant? Ou y’a un complot mondial qui vise à nous rogner 15 minutes et n’avoir que des journées de 23h45? Mmmmh?

J’opte évidemment pour le complot!

Audrey Somers
audrey@haricotmagique.be
No Comments
  • Thérèse
    Posted at 12:44h, 17 juin Répondre

    Oh comme je comprends et compatis! Personnellement, j’ai eu beaucoup de ces “10 min. trop peu” pour moi résolus dans les transports en commun du matin et du soir, qui sont un vrai fourre-tout (coups de fil à passer, rouge à lèvres oublié, liste de courses à mettre à jour, et ah oui, bien sûr, le temps pour bouquiner :-). Enfin… quand le tram ne reste pas coïncé quelque part, rognant sur les 15 min. qu’il fallait pour arriver au boulot à l’heure!

Post A Comment