Haricot Magique | L'histoire du soir…
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
15371
single,single-post,postid-15371,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

04 juin L'histoire du soir…

Je ne sais pas chez vous, mais chez nous, les livres ont toujours fait partie du quotidien. Grande lectrice depuis toute petite, ce sont des compagnons de route qui me sont indispensables. Genre partie en voyage solo à 20 ans avec sac à dos, celui-ci pesait 17kg… dont 8 de bouquins (depuis, j’ai une Kindle!) ;-)

Alors quand les Haricots ont pointé le bout de leur nez, leur lire une histoire le soir (voire, évidemment, à d’autres moments, on n’est pas avare!) m’a semblé tout naturel.

Bon, enceinte, comme toutes les mamans je pense, j’avais fantasmé sur ces délicieux moments que nous passerions, blottis les uns contre les autres, à se régaler de la Petite Taupe, des Trois Brigands ou autres “classiques” de la littérature enfantine. Jamais je n’avais imaginé que, parfois, j’envisagerais la lecture du soir comme “un truc qui va ENCORE me prendre 15 minutes sur mon timing déjà super serré”.

Et pourtant, j’avoue que c’est parfois le cas, je monte l’escalier d’un pas peu enthousiaste, impatiente de profiter de la deuxième partie de la soirée, juste entre petit mari et moi!

Mais… mais je constate que, chaque soir, la magie opère.

Même si je suis claquée et choisis, du coup, une histoire plus courte.

Même si mes Haricots demandent à avoir “chacun la leur” et que j’y passe plus de temps que prévu.

Même, si si, même, si je dois lire Tchoupi. Bon heureusement on quitte cet univers-là pour des livres de plus grands, parce que j’avoue que Tchoupi me semble le summum de l’enfant chiant et capricieux. ;-)

Parfois, la lecture suscite des débats et des questions (j’avoue avoir pour le moment volontairement viré les histoires de deuil le soir, précisément parce que débattre de la mort ne nous met pas de spécialement bonne humeur avant d’aller au dodo), parfois, juste des soupirs de satisfaction; et, toujours, une demande de livre supplémentaire. Chacun choisit le sien et peut alors le “lire” (tout est relatif dans le cas de Haricot 3, on s’entend, mais ça ne l’empêche pas de faire comme si ;-)) seul avant de s’endormir.

On ne fait pas des enfants “à son image”, mais si je peux leur transmettre l’amour du livre, je pense qu’ils auront là une façon de ne jamais se sentir seuls, et ça, c’est un bel objectif!

Audrey Somers
audrey@haricotmagique.be
No Comments
  • evelyne
    Posted at 16:47h, 04 juin Répondre

    Et comme tu as raison … Imagination , rêverie et aussi (voilà l’institutrice qui revient au galop) vocabulaire , orthographe et tant d’autres choses encore..
    Un livre est un ami !!

  • Lucia
    Posted at 09:42h, 06 juin Répondre

    Pareil chez nous. Parfois, je me dis “mince, j’espérais qu’il allait oublier aujourd’hui” mais non, il adore ça. Je suis une grande lectrice et amoureuse des livres, j’adore l’odeur des livres et à la maison on ne les compte plus. Mon grand bonheur est de voir que, maintenant qu’il sait lire, il bouquine seul dans son lit avant de s’endormir. Et là, je me dis que si je suis parvenue à lui faire aimer les livres, j’ai déjà réussi quelque chose. Bonne lecture!

Post A Comment