22 août Papa, de l'autre côté de la mer, c'est l'Amérique?

Les voyages forment la jeunesse: le refrain est bien connu! Il est vrai que le temps des vacances est propice pour faire prendre conscience à nos Haricots de la place toute relative que chacun d’entre nous occupe sur cette bonne vieille Terre, voire même – n’ayons pas peur! – au sein de l’Univers. L’occasion pour eux de quitter pendant quelques jours leur petit monde bien délimité, connu et conquis – maison, école, quartier, parc, … – et, tels des Christophe Colomb en culottes courtes, d’explorer des contrées inconnues, de découvrir des horizons nouveaux. Chacun à sa manière et suivant son âge en profite pour revoir, parfois même sans s’en rendre compte, ses repères spatiotemporels.

Cet été encore, nous avons fait cap sur le Sud de la France, direction le domaine de Lacan, ce petit coin de paradis dans l’Hérault, non loin de Minerve, dont j’ai déjà eu l’occasion de vous vanter tous les charmes. Mais, fût-il terrestre, le paradis, ça se mérite: 1150 kilomètres par monts et par vaux, 12 heures de route. Bref, comme le résume pertinemment Haricot 3 (3 ans 1/2): “il faut rouler, rouler, rouler, rouler, rouler, rouler, rouler, rouler, rouler, rouler et puis on est arrivé”! :-)

Avec un premier choc des cultures une heure à peine après avoir démarré, à Hensies:

- Moi: “Et voilà, on va passer la frontière”!

- Haricot 2 (7 ans): “C’est quoi déjà, une frontière?” :-?

Petit rappel historico-géographique de circonstance…

Evidemment, 12 heures de route, c’est long. Surtout lorsqu’on ne maîtrise pas encore bien les notions de durée ni de distance. Ainsi Haricot 3, façon “C’est encore loin, Grand Schtroumpf?” [1], nous a maintes fois répété: “C’est long…”, “On est bientôt arrivé?”, “Ze veux être à Lacan!”, etc.

En revanche, une fois sur place, nos Haricots n’ont pas mis bien longtemps à prendre possession de leur nouveau territoire. Evidemment, ce n’est pas la première fois que nous nous y rendons: ils sont en terrain connu. Il n’empêche: je reste admiratif face à l’aisance avec laquelle ils (re)trouvent leurs marques.

De Lacan à Barcelone, il n’y a qu’un pas (près de 300 kilomètres, tout de même): belle opportunité pour montrer aux enfants l’architecture de Gaudi, la Rambla, le Port Olympique… et la statue monumentale de Christophe Colomb (encore lui)!

- Haricot 1 (12 ans): “On a vu Christophe Colomb cette année à l’école! Il fait partie des quatre grands navigateurs, de même que Magellan, Vasco de Gama et… euh…”

- Moi: “Euuuh (concentré)… Amerigo Vespucci?”

- Haricot 1: “Non, ce n’est pas celui-là!”

Je ne saurai jamais qui était le fameux quatrième: Marco Polo, Jacques Cartier, …? Qu’importe.

Détail amusant: la statue a le bras tendu, l’index pointé vers la mer… Méditerranée, soit juste dans la direction opposée au Nouveau Continent qu’il a découvert! Hommage à Gênes, la ville natale de l’explorateur, ou clin d’œil des Barcelonais à cet Italien qui a découvert l’Amérique un peu par hasard? Allez savoir!

- Haricot 2: “C’est qui, Christophe Colomb?”

- Haricot 1: “C’est celui qui a découvert l’Amérique.”

- Haricot 2: “Papa, de l’autre côté de la mer, c’est l’Amérique?”

- Moi: “Euh… non, c’est l’Italie!” :-?

Petit rappel historico-géographique de circonstance (bis), carte (numérique) à l’appui…

Retour à Lacan. Et pourquoi ne pas profiter du ciel bien dégagé, exempt de toute pollution lumineuse urbaine, pour mettre en pratique les notions d’astronomie vues quelques semaines plus tôt au planétarium de la Cité des Sciences à Paris? Observer les planètes et les constellations, admirer la voie lactée, espérer voir l’une ou l’autre étoile filante à l’approche de la Saint-Laurent. Carte du ciel (numérique ;-)) en main, nous nous rendons avec enthousiasme sur une petite colline. C’était sans compter sur… la Lune! Une magnifique pleine Lune vole la vedette au reste de l’univers! Tout juste pouvons-nous distinguer la Grande Ourse ou le ‘W’ caractéristique de Cassiopée. Les citadins que nous sommes avaient perdu de vue le cycle de notre satellite naturel et sa lueur qui, certains jours, n’a rien à envier à celle des lampes à vapeur de sodium… terminus, tout le monde descend!

Mais le plus important, en vacances, n’est-ce pas encore de capter les étoiles qui brillent dans les yeux de nos Haricots à chaque découverte? Observez-les attentivement lors de votre prochain voyage en famille! Et si, en chemin, vous rencontrez Christophe Colomb, faites-lui un grand bonjour de ma part![2]

[1] Le Cosmoschtroumpf
[2] In memoriam Claude ‘ABCD’ Deneyer
Laurent Daube
laurent@haricotmagique.be
1Comment
  • evelyne
    Posted at 20:02h, 22 août Répondre

    Wouaaaaaaaaw ,quel talent ! Ces petits haricots se rendent-ils compte de la chance qu’ils ont ?
    Avoir des parents qui partagent ,expliquent,écoutent, recherchent des réponses, on en trouve encore ,la preuve , mais sont-ils assez nombreux ? Quand j’observe l’attitude de certains j’ai des doutes..

Post A Comment