26 août Petite coupe d'été

Haricot 2, un an, se gratte la nuque d’un air exaspéré. Mais c’est quoi ces petits cheveux qui rebiquent et qui au mieux cachent, au pire provoquent une kyrielle de petits boutons de chaleur?

Et si je lui coupais les cheveux?

C’est vrai qu’il y a de quoi hésiter:

  1. Je n’ai jamais coupé des cheveux si l’on excepte ceux de feux mes barbies qui ne sont plus là pour s’en plaindre.
  2. Je n’ai a disposition que deux paires de ciseaux. Une de cuisine, l’autre à ongles. Hum…
  3. Agée d’une dizaine d’années, j’ai moi-même fais les frais d’un père qui – pour le dire gentiment – avait anticipé la mode de la frange très dégradée. :-(
  4. Personne n’a jamais touché au cheveux de mon fiston. Dois-je vraiment le dépouiller de son duvet blond de bébé?

Halte aux doutes et à l’immobilisme.

Action!

Temps et localisation: heure du bain, patient détendu et limité dans ses déplacements par l’anneau de bain.

Ustensiles: gobelet pour mouiller les cheveux, peigne pour les coiffer,ciseaux à ongles (à lames droites, quand même) pour agir et pléthore de jeux de bain pour occuper le petit patient.

Aïe, ça part mal: Haricot 2 veut se coiffer tout seul et nous n’avons pas le même objectif…

Après 5 minutes de ruses infructueuses, je lui abandonne le peigne et lisse les cheveux mouillées avec mes doigts. Il va falloir dégainer les ciseaux à toute vitesse et couper droit avant de me faire subtiliser l’objet du délit.

C’est parti. Pas maaaaaal… Ca a même l’air droit. En tout cas, ça dégage la nuque. Encore un chouia plus court avant que les mouvements répétés d’Haricot mettent fin à la session.

Et voilà. Sur cheveux mouillés, le résultat semble net. C’est mon ingénieur de Mari qui va être fier de moi! :-)

Oups, mais pourquoi mon fils a-t-il l’air d’un moine maintenant que ses cheveux ont séché? :-(

Chaque fois que je vois sa nuque – heureusement, je n’ai pas tenté la coupe intégrale – j’ai envie de chanter «Quand te reverrais-jeeeeeeeeuh…», ça craint! :-s

Homme me traite de criminelle et s’exclame: «Pourquoi n’as-tu pas suivi l’implantation des cheveux? C’est hideux!»

Je suis assez d’accord mais je me dois de jouer la mauvaise foi: «Quoi? Ce n’est pas SI horrible. Et qui me dit que tu aurais fait mieux? Par ailleurs, il ne se gratte plus! Objectif atteint!»

Pour autant, dès le lendemain matin, je prends rendez-vous chez le coiffeur en expliquant la situation. «On a l’habitude» me répond-t-on, un sourire dans la voix. Est-ce censé alléger un peu le poids de ma culpabilité?

A l’heure actuelle Haricot a bénéficié d’un petit coup de tondeuse professionnel. Il a troqué son visage de bébé pour un air de p’tit boy des plus réussi. :-)

A l’ère du Home Made, une conclusion s’impose quand même: ne s’improvise pas coiffeur qui veut! Et si j’achetais une tondeuse? ;-)

Haricot Magique
info@haricotmagique.be
No Comments
  • Jean-Louis
    Posted at 19:13h, 26 août Répondre

    Comme quoi, je ne retiens qu’une chose. J’ai toujours été à l’avant-garde. Dommage pour les cobayes!
    Enfin, cela fait un bel article.
    Je suis deux fois :-))
    Un coiffeur frustré.

Post A Comment