08 nov Retrouvailles! Episode 1: J-1

Aaaaaaaaaaah! Plus qu’une fois dormir avant de retrouver ma puce! :-) :-) :-)

Deux semaines que Haricot 1 était partie faire le plein d’iode chez ses grands-parents, laissant derrière elle Haricot 2, lui affirmant avec aplomb qu’il était « encore trop petit pour partir longtemps sans papa et maman ».

Toussaint: premières vacances de l’année scolaire pour lesquelles nous avions, bien à l’avance, tâté le terrain auprès des « Papy et Mamie de France » en jouant la corde sensible: « Pffff, déjà lui rechercher un stage. Va falloir être imaginatif pour innover par rapport à tous ceux qu’elle a déjà expérimenté au mois d’août… ».

La réponse ne s’est pas fait attendre et a même largement dépassé nos espérances: « Et si on la prenait? Mais une semaine, c’est un peu court au vu des trajets. Ca poserait un problème à l’école si elle manquait la semaine qui précède les vacances? »

Renseignements pris, ça n’en posait pas (« Au contraire, on est en maternelle, profitez-en pour l’envoyer prendre l’air. Les enfants sont déjà crevés. Ca lui fera un bon break! »).

Quant à Haricot 2, la proposition tenait pour lui aussi, quoique avec un peu moins de conviction car le loustic est à la fois « plein de vie et d’énergie » (comprendre: “ultra-fatigant” ;-)) et branché Maman (comprendre: “il n’y a qu’une personne dans ma vie en ce moment et c’est ma Maman! Si vous êtes quelqu’un d’autre, tant pis pour vous!”).

Il y a deux semaines, nous avons donc gardé Haricot 2 (la crèche ne fermait pas au-delà des jours fériés officiels) et organisé le transfert de Haricot 1, ravie de ne pas voir son statut de ‘centre du monde’, de chouchoute à Mamie, mis en danger par l’arrivée en fanfare d’un petit frère envahissant.

Deux larmes et demie (2 pour elle, 1/2 à l’insu de mon plein gré), des kilos d’excitation (dans son chef), de recommandations (de ma part) et des tonnes de bisous (échangés en choeur) et voilà que ma « petite grande » de 4 ans avait fermé la porte de la maison, direction le sable, le vent et les vagues de l’Atlantique.

D’abord ça a été bizarre, puis difficile, puis facile, puis enfin, à 24 heures des retrouvailles, excitant!

Bizarre pendant deux jours à cause du silence et de l’état de Haricot 2 qui cherchait sans arrêt sa soeur, promenant son air préoccupé dans toute la maison le week-end durant.

Difficile du dimanche soir au mardi soir parce que nous restions sans nouvelle de la puce, otages de la règle proposée par Mamie et acceptée par nous, stipulant que c’était la puce elle-même qui devait demander d’appeler pour éviter que nos appels créent des coups de blues inutiles dans le coeur de notre mini-pouce. En attendant, mon coeur maternel était dans un tel état que je n’ai pas pu m’empêcher de passer un petit coup de fil. Elle dormait. Sinon elle parlait de nous, de sa maison, de son chat et beaucoup de son petit frère. Mais sans une once de nostalgie. Tout allait bien. Ouf!!!

Facile après. Pour nous, parents, qui n’en avions « plus qu’un » à gérer. ‘Fingers in the nose’, comparé à deux! ;-) Pour le « un » restant aussi, qui s’est offert le luxe de prendre ses aises et de goûter un temps au statut d’enfant unique.

Tout bénef‘ pour toute la famille! Merci Papy et Mamie (et Tata, fan de Haricot 1, qui s’était arrangée pour venir faire le plein d’iode en même temps que sa nièce).

Et nous y voilà: à l’heure où j’écris, le compte à rebours est lancé et je trépigne de la retrouver. Avec comme un arrière-goût d’appréhension aussi: et si elle n’avait pas envie de rentrer? Et si elle s’était muée exclusivement en Miss Caprices? Et si elle ne supportait pas de devoir à nouveau partager l’attention parentale avec son frère?

Et si je dormais un peu, plutôt que de me torturer les méninges? Question qu’elle ne me dise pas un truc du style « Maman, t’as l’air pas très belle, dis donc! » ;-)

Suspense et suite au prochain épisode!

Haricot Magique
info@haricotmagique.be
No Comments

Post A Comment