Haricot Magique | caprice
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
526
archive,tag,tag-caprice,tag-526,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive
  • All
  • 0-3 mois
  • 1 an
  • 2 ans
  • 3 ans
  • 3-6 mois
  • 4 ans
  • 5 ans
  • 6-9 mois
  • 9-12 mois
  • A l'école
  • Agenda
  • Art
  • Ateliers
  • Au jardin
  • Avec les copains et les copines
  • Avec un-e baby-sitter
  • Basiques
  • Billet d'humeur
  • Boutique
  • Bricolage
  • Bricolage Anniversaire
  • Café Poussette
  • Concours
  • Conseils pratiques
  • Coup de cœur
  • Divers
  • E-shop
  • En activité extrascolaire
  • En famille ou chez des amis
  • En promenade
  • En vacances
  • En voiture
  • Extérieur
  • Grossesse
  • Intérieur
  • J'apprends
  • Je découvre le monde
  • Je grandis
  • Je m'ouvre aux autres
  • Jeu de société
  • La chambre
  • La chronique qui sème
  • La cuisine
  • La question de la semaine
  • La recette du mardi
  • La salle à manger
  • La salle de bain
  • Le produit de la semaine
  • Le salon
  • Lecture
  • Les toilettes
  • Look et esthétique
  • Mots d'enfants
  • Musique
  • Naissance
  • Non classé
  • On a testé pour vous!
  • Partenaire
  • Recette rapide!
  • Travel
Laissez-le! Sinon, vous allez "en faire un petit capricieux". Grmbrfr.

J'ai lu un texte il y a peu de temps sur ce que pouvait ressentir un bébé qu'on laisse trop pleurer...

Texte bouleversant et qui m'a rappelé un souvenir datant de la maternité avec Haricot 2.

Ayant accouché à près de 05h00 du mat', je n'ai pas vraiment eu l'occasion de me rendormir et, après les visites de la journée, durant lesquelles mini Haricot avait été câliné, porté et admiré sous tous ses angles, lorsque le soir est venu, je me suis installée avec lui dans mon lit d'hôpital, relevant la barrière métallique d'un côté, y installant le coussin d'allaitement en "boudin" et déposant délicatement mon petit bonhomme entre cette protection et moi.

Retour au bercail: épisode 1 « Positive attitude »

Elle n'en pouvait plus notre grande "Haricote". Deux semaines chez Mamie et Papy sans voir ses parents: pas de problème! Mais le manque du petit frère, lui, s'est fait encore plus cruellement et impérieusement sentir dès le moment où, à la descente du train en gare de Montparnasse, la puce de 4 ans a compris qu'il ne faisait pas partie du comité d'accueil.

La question est venue avant même que la mini-princesse se soit lovée dans mes bras impatients (deux semaines sans elle, quand même...): "Il est où, Haricot 2?"

- "Il est resté à Bruxelles chez son parrain. Ça ne servait à rien de lui imposer un aller-retour en voiture. Il est encore un peu petit."

- "Mais MOI, je voulais le voir!"

- "Tu le verras tout à l'heure. Tu ne l'as pas vu depuis deux semaines, tu pourras bien encore attendre trois heures, non?"

Le reflet pétillant de ses yeux se voile. La puce est contrariée. Je devine qu'elle estime l'utilité de tenter un caprice sur le thème "Mais moi, je voulais le voir MAINTENANT, MAINTENANT!" et y renonce. Ouf! C'est de bon augure. Je n'aurais pas eu le courage de gâcher nos retrouvailles en vaines oppositions.

Quand vient la fin de l'été

Ca ne sent pas encore tout à fait la rentrée des classes, néanmoins, la dure réalité nous a rattrapé: les vacances sont derrière nous. Finie la parenthèse estivale enchantée.

Plus le temps d’autoriser Haricot 1 à veiller un peu parce que l’apéro s’éternise (et que, du coup, elle dormira peut-être un peu plus tard demain matin...), de partir en promenade avec Haricot 2 dans son chinado, chapeau sur la tête, crème solaire et goûter en poche, tant pis si on zappe le bain. Adieu les jeux de société, les livres lus et relus, les ateliers cuisine dignes du chantier du futur RER, les tresses dans les cheveux et autres ornements de petite coquette...

Plus le temps de prendre le temps. :-(

Vive les vacances: nouvelles d'ici par Maman

Ma puce, Je suis ravie que tu t’amuses bien et que tu ne fasses pas trop de caprices. Tu as parlé à Mamie de la boîte à colères? Plus de pipi au lit? Je suis si fière de toi, ma championne! Et en plus, tu fais les courses presque toute seule; tu deviens vraiment une grande fille! Est-ce que c’est toi qui donne les sous aux marchands? C’est pas grave du tout pour les pinces. On ira en acheter d’autres quand tu rentreras en 2ème maternelle. Madame Virginie a dit que tu...