• All
  • 0-3 mois
  • 1 an
  • 2 ans
  • 3 ans
  • 3-6 mois
  • 4 ans
  • 5 ans
  • 6-9 mois
  • 9-12 mois
  • A l'école
  • Agenda
  • Art
  • Ateliers
  • Au jardin
  • Avec les copains et les copines
  • Avec un-e baby-sitter
  • Basiques
  • Billet d'humeur
  • Boutique
  • Bricolage
  • Bricolage Anniversaire
  • Café Poussette
  • Concours
  • Conseils pratiques
  • Coup de cœur
  • Divers
  • E-shop
  • En activité extrascolaire
  • En famille ou chez des amis
  • En promenade
  • En vacances
  • En voiture
  • Extérieur
  • Grossesse
  • Intérieur
  • J'apprends
  • Je découvre le monde
  • Je grandis
  • Je m'ouvre aux autres
  • Jeu de société
  • La chambre
  • La chronique qui sème
  • La cuisine
  • La question de la semaine
  • La recette du mardi
  • La salle à manger
  • La salle de bain
  • Le produit de la semaine
  • Le salon
  • Lecture
  • Les toilettes
  • Look et esthétique
  • Mots d'enfants
  • Musique
  • Naissance
  • Non classé
  • On a testé pour vous!
  • Partenaire
  • Recette rapide!
  • Travel
Laissez-le! Sinon, vous allez "en faire un petit capricieux". Grmbrfr.

J'ai lu un texte il y a peu de temps sur ce que pouvait ressentir un bébé qu'on laisse trop pleurer...

Texte bouleversant et qui m'a rappelé un souvenir datant de la maternité avec Haricot 2.

Ayant accouché à près de 05h00 du mat', je n'ai pas vraiment eu l'occasion de me rendormir et, après les visites de la journée, durant lesquelles mini Haricot avait été câliné, porté et admiré sous tous ses angles, lorsque le soir est venu, je me suis installée avec lui dans mon lit d'hôpital, relevant la barrière métallique d'un côté, y installant le coussin d'allaitement en "boudin" et déposant délicatement mon petit bonhomme entre cette protection et moi.

"Z'ai dormi tout seul comme z'avais dit!"

Cela couvait depuis 48 heures. Dans un premier temps, nous n'y avions pas prêté attention: humeur ronchonne, petits toussotements, manque d'appétit... Puis, une nuit, il a débarqué dans notre chambre vers 3 heures du matin, brûlant de la tête aux pieds: notre Haricot 3 (4 ans ½) était malade.

Résumé des épisodes précédents: Haricot 3 a depuis toujours une fâcheuse tendance à jouer l'incruste dans le lit parental. Résurgence de la période de cododo? Conséquence d'une personnalité bien trempée, celle d'un petit bonhomme qui ne doute de rien et surtout pas de l'amour que lui portent ses parents? Toujours est-il qu'il n'est pas rare, encore aujourd'hui, de le voir rejoindre en douce notre chambre au beau milieu de la nuit, profitant de la faiblesse de ses occupants à moitié endormis. Et si en plus Papa ou Maman, pris-e par je ne sais quel sentiment de tendresse excessive, prend l'initiative de légitimer l'initiative du petit envahisseur en l'installant au milieu du lit, celui-ci exprime sa satisfaction et sa gratitude par un soupir appuyé: "aaaaaaaaaah"! :roll:

Mais cette fois, c'était sérieux: il fallut faire appel à S.O.S. paracétamol et à quelques verres d'eau pour faire tomber la fièvre. Et, bien entendu, le petit malade avait entre-temps élu domicile dans ce lit passé, une fois de plus, du statut "conjugal" à "familial".

During the night…

On sait que les Haricots fonctionnent par phases. Souvent une phase d'apprentissage est suivie d'une phase plus calme, puis on constate un nouveau progrès et, de mois en mois, nos enfants nous surprennent. Sauf que là, on se retrouve, avec notre troisième Haricot, dans une phase qui devrait être passée depuis longtemps. Et qui l'a été, d'ailleurs!

Haricot 3 a été un bébé allaité pendant un an environ. La nuit, dès la naissance, il a dormi avec nous. Hors de question que je me lève, hagarde, toutes les trois heures pour donner le sein à un bébé hurlant. Dans le lit, c'était facile: il se réveillait, ronchonnait un peu, je me tournais vers lui et - hop! - en mode self-service pendant que moi je me rendormais tranquilou (pour peu que j'ai été vraiment réveillée, d'ailleurs). Le cododo a ses adeptes et ses détracteurs; nous partons du principe que, tant que tout le monde s'y retrouve, chacun gère l'arrivée d'un mini-Haricot comme il l'entend. En gros, on fait ce qu'on peut!