• All
  • 0-3 mois
  • 1 an
  • 2 ans
  • 3 ans
  • 3-6 mois
  • 4 ans
  • 5 ans
  • 6-9 mois
  • 9-12 mois
  • A l'école
  • Agenda
  • Art
  • Ateliers
  • Au jardin
  • Avec les copains et les copines
  • Avec un-e baby-sitter
  • Basiques
  • Billet d'humeur
  • Boutique
  • Bricolage
  • Bricolage Anniversaire
  • Café Poussette
  • Concours
  • Conseils pratiques
  • Coup de cœur
  • Divers
  • E-shop
  • En activité extrascolaire
  • En famille ou chez des amis
  • En promenade
  • En vacances
  • En voiture
  • Extérieur
  • Grossesse
  • Intérieur
  • J'apprends
  • Je découvre le monde
  • Je grandis
  • Je m'ouvre aux autres
  • Jeu de société
  • La chambre
  • La chronique qui sème
  • La cuisine
  • La question de la semaine
  • La recette du mardi
  • La salle à manger
  • La salle de bain
  • Le produit de la semaine
  • Le salon
  • Lecture
  • Les toilettes
  • Look et esthétique
  • Mots d'enfants
  • Musique
  • Naissance
  • Non classé
  • On a testé pour vous!
  • Partenaire
  • Recette rapide!
  • Travel
Château de sable et divine proportion

La semaine dernière, au détour de quelque construction éphémère érigée sur une plage éclairée par un soleil pâlissant, je m'étais risqué à évoquer le deuxième principe de la thermodynamique. Rappelez-vous: toute transformation au sein d'un système isolé s'accompagne d'une augmentation d'entropie, traduisant un accroissement du désordre. Cette évolution est irréversible et nous indique donc le sens du temps qui passe: tout comme le retour à une éternelle jeunesse est un mythe, jamais on ne verra un château de sable resurgir des flots et se reconstituer. Je vous avais également expliqué, chers parents, que cette vision inéluctable des choses ne devait, selon moi, pas nous empêcher de continuer à creuser car elle était largement compensée par les visages des enfants qui s'illuminent à mesure que s'édifie leur château fort, en vue d'affronter vents et marées.

Vous aurez relevé au passage toute la subtilité du concept: en définitive, c'est bien nous, les parents, qui bâtissons les châteaux de sable de nos enfants. ;-) En ne perdant jamais de vue ce principe toujours vérifié: moins nos Haricots sont grands, plus vite ils se lasseront du gros-œuvre... et ne réapparaîtront qu'au moment des finitions! :-) Avant de se lancer dans l'aventure, il convient par conséquent de bien présumer de ses forces et, à moins d'avoir à disposition une troupe de fantassins prête à remuer ciel et sable pour reproduire la réplique du Corcovado, il faut faire appel à l'ingénierie appliquée. Non qu'il soit question de rivaliser ici avec ces artistes qui réalisent de véritables sculptures éphémères à l'occasion de concours internationaux (et que les enfants n'ont pas intérêt à approcher... :-?) mais plutôt de construire un château un tant soit peu original, dans lequel les Haricots pourront s'amuser et qui contiendra honorablement les assauts des vagues.

Sous le désordre la plage!

Deux mois déjà se sont écoulés depuis la rentrée des classes. Aux flâneries propres à la légèreté estivale s'est substituée la régularité métronomique du rythme scolaire. Dernier vestige d'une insouciance révolue, l'ambiance des cours de récréation semble avoir échappé un tant soit peu à cette reprise en main, au gré de l'animation née des camaraderies et des chamailleries du moment. Structurante par définition, l'école lutte, à sa manière, contre l'augmentation de l'entropie de notre société.

Vous avez dit 'entropie'? :-) Petit rappel scientifique: le deuxième principe de la thermodynamique prédit que, sans apport d'énergie, un système évolue spontanément vers les états les plus probables, qui sont désordonnés. L'entropie est une mesure de ce désordre. Ainsi, si vous versez de la grenadine dans un verre d'eau, l'entropie du système - soit le contenu du verre - sera maximale quand, suite au mélange, la couleur sera devenue uniforme. Le breuvage obtenu constitue un état plus désordonné que l'état initial mais aussi plus stable (et accessoirement meilleur mais là n'est pas le propos). Et, qui plus est, la transformation est irréversible: la grenadine ne va pas spontanément se séparer de l'eau. Il en va ainsi de l'univers tout entier: l'entropie du monde tend vers un maximum... eh oui, c'est comme ça.