• All
  • 0-3 mois
  • 1 an
  • 2 ans
  • 3 ans
  • 3-6 mois
  • 4 ans
  • 5 ans
  • 6-9 mois
  • 9-12 mois
  • A l'école
  • Agenda
  • Art
  • Ateliers
  • Au jardin
  • Avec les copains et les copines
  • Avec un-e baby-sitter
  • Basiques
  • Billet d'humeur
  • Boutique
  • Bricolage
  • Bricolage Anniversaire
  • Café Poussette
  • Concours
  • Conseils pratiques
  • Coup de cœur
  • Divers
  • E-shop
  • En activité extrascolaire
  • En famille ou chez des amis
  • En promenade
  • En vacances
  • En voiture
  • Extérieur
  • Grossesse
  • Intérieur
  • J'apprends
  • Je découvre le monde
  • Je grandis
  • Je m'ouvre aux autres
  • Jeu de société
  • La chambre
  • La chronique qui sème
  • La cuisine
  • La question de la semaine
  • La recette du mardi
  • La salle à manger
  • La salle de bain
  • Le produit de la semaine
  • Le salon
  • Lecture
  • Les toilettes
  • Look et esthétique
  • Mots d'enfants
  • Musique
  • Naissance
  • Non classé
  • On a testé pour vous!
  • Partenaire
  • Recette rapide!
  • Travel
Retour au bercail: épisode 1 « Positive attitude »

Elle n'en pouvait plus notre grande "Haricote". Deux semaines chez Mamie et Papy sans voir ses parents: pas de problème! Mais le manque du petit frère, lui, s'est fait encore plus cruellement et impérieusement sentir dès le moment où, à la descente du train en gare de Montparnasse, la puce de 4 ans a compris qu'il ne faisait pas partie du comité d'accueil.

La question est venue avant même que la mini-princesse se soit lovée dans mes bras impatients (deux semaines sans elle, quand même...): "Il est où, Haricot 2?"

- "Il est resté à Bruxelles chez son parrain. Ça ne servait à rien de lui imposer un aller-retour en voiture. Il est encore un peu petit."

- "Mais MOI, je voulais le voir!"

- "Tu le verras tout à l'heure. Tu ne l'as pas vu depuis deux semaines, tu pourras bien encore attendre trois heures, non?"

Le reflet pétillant de ses yeux se voile. La puce est contrariée. Je devine qu'elle estime l'utilité de tenter un caprice sur le thème "Mais moi, je voulais le voir MAINTENANT, MAINTENANT!" et y renonce. Ouf! C'est de bon augure. Je n'aurais pas eu le courage de gâcher nos retrouvailles en vaines oppositions.

Allo, tu vas bien?

Haricot 1 (4 ans) est en vacances chez ses grands-parents paternels depuis une semaine et pour une semaine encore.

A part Haricot 2, son petit frère, qui ère un peu perdu dans une maison "vide de sœur", tout le monde est ravi.

Homme et moi qui pouvons nous consacrer un peu plus à Haricot 2... et à d'autres choses qui nous permettent de nous rappeler que nous ne sommes pas que des parents, Mamie et Papy qui couvent leur petite princesse et la princesse-haricote en question qui voit ses moindres demandes exaucées.

Donc tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et ça vaut la peine de le signaler puisque ça n'arrive pas si souvent! ;-) Tant et si bien que nous avions arrêté entre adultes que Haricot 1 serait maîtresse du téléphone. Elle appellerait si elle en éprouvait l'envie ou le besoin et nous, Maman et Papa, nous abstiendrions pour éviter - on ne sait jamais - de lui filer un coup de blues.

Ok. Et donc téléphone muet pendant cinq jours. Chouette? Pas de nouvelle, bonne nouvelle? Sans doute mais mon cœur de maman a commencé a être en manque; alors, au mépris de toutes les règles, j'ai passé un petit coup de fil juste pour m'assurer que... ;-)

Noms de code: Main de fer et Cœur de guimauve

Même si l'esprit humain et la mémoire ont en commun cette tendance salvatrice à effacer le pire pour garder le meilleur, être parent est décidemment un statut qui génère une foule de sentiments ambivalents.

Il y a l'avant. Car souvent, avant d'être parent, on veut le devenir.

On s'imagine enceinte et épanouie ou futur papa investi d'une nouvelle mission de la plus haute importance.

On s'imagine moins prise de nausées ou excédé par la troisième envie de fraises nocturne de la future maman aux hormones capricieuses.

On zieute le contenu des landaus avec envie... sans tomber, ou rarement, sur les cernes du propriétaire de la petite merveille qui vous allait droit au cœur la minute d'avant.

Ensuite, il y a la mutation, le vrai "pendant", le moment après lequel vous serez définitivement passé de l'autre côté.

Coup de cœur partenaire: Danièle Hustin, photographe

Antoine et Adrien en mode "Crapaks"!

Si comme moi vous faites partie de ces parents qui, tout à coup, se rendent compte que les dernières photos affichées du petit dernier datent... de la maternité (alors qu'il a 3 ans passés...), cet article est fait pour vous! Le temps file et, s'il est vrai qu'on photographie en général un premier petit Haricot tous les jours ou presque, les suivants se retrouvent moins souvent sous les feux de la rampe.

Concours 'Family in Love': and the winner is…

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, les jeux sont faits! :-) Notre concours photos 'Family in Love' vient de s'achever et, d'emblée, il faut constater que celui-ci a remporté un franc succès! Vous avez en effet été environ 450 à voter pour désigner votre photo câlin préférée! Déjà un tout grand merci à chacun d'entre vous pour sa participation. Merci également à notre partenaire, Waterloo Way, qui a grandement contribué à donner de l'ampleur à cet événement. Merci, enfin, aux candidats qui nous envoyé de très belles photos; jusqu'à la dernière minute, la lutte aura été...

Concours 'Family in Love'

On pensera ce qu'on voudra de la Saint-Valentin: aimer se mettre en quatre à date fixe pour célébrer Cupidon ou détester ce montage commercial enrobé de sucre rouge collant et de pétales de roses. Pourtant, nous sommes tous d'accord sur un point: l'Amour est LE sentiment number One, celui qui donne des ailes, qui transcende, qui permet d'escalader des montagnes. Et l'amour filial culmine au top du top, tant il est pur et inconditionnel. C'est pourquoi Haricot Magique a décidé de céder aux sirènes de Saint V (mais qui était ce Valentin?...

L'agenda de votre week-end: 29 et 30 janvier
Ce week-end, les petits pourront s'en faire conter tant à Bruxelles que dans le Brabant wallon puisqu'on commence avec trois propositions théâtre jeune public. Deux émanent de Pierre de Lune, le Centre Dramatique Jeunes Publics de Bruxelles:
  • "Le Pays des Manteaux Sauvages", pour les 3-6 ans

Au pays des manteaux sauvages, deux femmes regardent les saisons qui défilent. Elles écoutent le vent et se souviennent des membres de leur tribu, leurs voisins et amis aux noms étranges. Ce sont des noms qui ressemblent à des totems. A eux seuls, ils racontent déjà des histoires... Dans un décor épuré fait de branches, de cailloux, de seaux et de balais, deux conteuses rappellent aux enfants que tout le monde a un nom qui raconte son histoire.

  • Où? A l'Orangerie du Botanique, rue Royale 236 à 1210 Saint-Josse-ten-Noode.
  • Quand? Samedi 29/01 à 16h00.
  • Combien? De 5 à 7 €.
  • Public? De 3 à 6 ans.
  • Infos: 02 218 79 35 - pensez à réserver! ;-)
  • "L'Epouvantable Petite Princesse", pour les 7-10 ans
En voilà une histoire! Plus une phrase! A peine quelques lettres éparpillées! Pas la moindre ligne à laquelle se raccrocher! Il ne reste qu’un tas de matelas, immaculés comme une page blanche. Que faire? Comment savoir que jouer? Quel personnage incarner? C’est un vrai cauchemar! Pourtant, il va bien falloir la faire arriver, cette "Epouvantable Petite Princesse"! Mais comment, avec un Roi René et une Reine Irène qui ont déjà tout essayé? Nous voilà dans de beaux draps! Et si nous appelions l’Auteur? Qu’il nous sorte de là! Ce spectacle tout en blanc propose une histoire attachante, drôle et rebondissante pour des personnages qui cherchent à éduquer une princesse capricieuse dans un monde qui n’est moëlleux qu’en apparence…
  • Où? A l'Espace Delvaux, rue Gratès à 1170 Watermael-Boitsfort.
  • Quand? Samedi 29/01 à 16h00.
  • Combien? De 5 à 8 €.
  • Public? De 7 à 10 ans.
  • Infos: 02 218 79 35 - pensez aussi à réserver!
Joyeux NoëlS! Episode 3: Christmas on the road!

Episode 1, Episode 2

25/12, 05h30: Le réveil bipe. Homme, bien décidé à mener sa famille aux confins des montagnes cévenoles, s’apprête à sauter dans la douche, condition sine qua non à une conduite matinale vigilante.

Je jette un œil par la fenêtre et le retiens: "Ça brille et scintille partout, y compris sur le sol. Tu n’irais pas voir si le quartier est praticable avant de réveiller les enfants?" Il bougonne. Et je le comprends: il se voyait évidemment mieux sous une douche chaude qu’en train de patiner dans la rue en pyjama pour livrer un bulletin météo ultra-local. Il s'emmitoufle et sort. Par la fenêtre, je surveille sa progression hasardeuse. La route est en pente, ce qui ne facilite pas les choses. Ma décision est prise: même s’il prétend que c’est faisable, je refuse d’aller risquer les vies de notre quatuor sur la route. Le Père Noël français attendra.

Homme rentre. "Pas possible de partir maintenant. On n’arrivera pas à quitter le quartier. Rien que charger le coffre sans se casser une jambe tiendrait déjà de l’exploit."

Ok! Hors de question de démarrer maintenant. Retour sous la couette jusqu'au petit dej’. On verra à quoi tout cela ressemblera dans deux ou trois heures.

Joyeux NoëlS! Episode 2: Père Noël est en blocus!

Au cas où, l'épisode 1, c'est par ici.

« J’arrive. En tous cas, j’essaie! », me répond un Tonton Fred en train de se battre avec les éléments, mains gantées, gsm dans l’une et grattoir dans l’autre. En fond sonore, le bruit d’un moteur qui tourne. « Encore faudrait-il que j’arrive à sortir cette fichue voiture de sa place de stationnement. Et on ne peut pas dire que cette Modus automatique soit très performante sur la neige tassée gelée!!! » Vu l’humeur, je raccroche sans oser ajouter un « Et n’oublie pas le dessert, hein... ».

Je tourne en rond, augmente un peu le volume de la radio pour tenter de me laisser conquérir par les harmonies eighties de Wham! "Last Christmas": c’est bien parti pour l’être... :?

[mp3player width=168 height=99 config=haricot_magique.xml playlist=last-christmas.xml]

Je fais rentrer mon équipe de bobsleigh. Les jeux olympiques, ce ne sera pas pour tout de suite a priori. Homme a l’air ravi. Les deux demi-portions ont juste l’air congelées et ravies... de rentrer. Tonton Fred arrive pendant que les Haricots dégèlent dans un bain.

Joyeux NoëlS! Episode 1: Apocalyp’snow

Flash-back (bien contents d'être en 2011, tiens!)

Jeudi 23/12: "Tombeeee la neigeuh!"

Bruxelles, 18h00: La neige refait son apparition. Un grand "pffffff" (soupir blasé généralisé) l'accueille.

Terres brabançonnes, vers 20h00: Arrivée en (quai de) gare (glissant), je découvre que les premiers flocons bruxellois ont convoqué beaucoup de copains pour une big "Glisse Party". Pas moyen de récupérer la voiture sans risquer sa vie ni de trouver un taxi dont le chauffeur aurait décidé de risquer la sienne pour sauver la mienne. Vingt minutes de marche plus tard, je pénètre, frigorifiée, dans ma Home Sweet Home, située dans une étroite rue en pente qui n’a plus de rue que le nom et décrète à Homme, excédée, qu’il est hors de question, tant au vu du caractère sinistré du quartier que de l’absence de voiture que je ressorte avant la fonte totale des neiges! Et toc!

Le binôme bruxellois de la Magic Team en est pour ses frais aussi dans la Capitale. Rien ne va plus. Et les flocons, eux, s’entassent.

Vendredi 24 décembre: "Good luck, Père Noël!"

A 06h30, le réveil radiophonique de Homme annonce la paralysie totale du plat pays: la Belgique, toutes régions confondues, est plongée dans l’ouate et on déconseille vivement de prendre la route, sauf impératifs. Un coup d’œil dehors me conforte dans l’idée exprimée la veille. Si, Homme - borné, têtu et inconscient - finit par dégager la voiture pour aller prester sa matinée, les Haricots et moi restons à l’abri.