Haricot Magique | mer
Le premier café poussette de Bruxelles
café poussette, haricot magique, bruxelles
468
archive,tag,tag-mer,tag-468,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive
  • All
  • 0-3 mois
  • 1 an
  • 2 ans
  • 3 ans
  • 3-6 mois
  • 4 ans
  • 5 ans
  • 6-9 mois
  • 9-12 mois
  • A l'école
  • Agenda
  • Art
  • Ateliers
  • Au jardin
  • Avec les copains et les copines
  • Avec un-e baby-sitter
  • Basiques
  • Billet d'humeur
  • Boutique
  • Bricolage
  • Bricolage Anniversaire
  • Café Poussette
  • Concours
  • Conseils pratiques
  • Coup de cœur
  • Divers
  • E-shop
  • En activité extrascolaire
  • En famille ou chez des amis
  • En promenade
  • En vacances
  • En voiture
  • Extérieur
  • Grossesse
  • Intérieur
  • J'apprends
  • Je découvre le monde
  • Je grandis
  • Je m'ouvre aux autres
  • Jeu de société
  • La chambre
  • La chronique qui sème
  • La cuisine
  • La question de la semaine
  • La recette du mardi
  • La salle à manger
  • La salle de bain
  • Le produit de la semaine
  • Le salon
  • Lecture
  • Les toilettes
  • Look et esthétique
  • Mots d'enfants
  • Musique
  • Naissance
  • Non classé
  • On a testé pour vous!
  • Partenaire
  • Recette rapide!
  • Travel
Reprise!

Les vacances de Pâques ont longtemps été mes préférées (maintenant, je suis moins exigeante, je prends tout ce que je peux).

On partait à la Côté d'Azur, avec une bande de copains de mes parents, dans un grand camping qui sentait bon le thym, la lavande et la pinède. A nous le soleil, la piscine, les terrains de tennis, les apéros, le bingo (c'est qu'on savait s'amuser!) et les balades vespérales. Love.

Château de sable et divine proportion

La semaine dernière, au détour de quelque construction éphémère érigée sur une plage éclairée par un soleil pâlissant, je m'étais risqué à évoquer le deuxième principe de la thermodynamique. Rappelez-vous: toute transformation au sein d'un système isolé s'accompagne d'une augmentation d'entropie, traduisant un accroissement du désordre. Cette évolution est irréversible et nous indique donc le sens du temps qui passe: tout comme le retour à une éternelle jeunesse est un mythe, jamais on ne verra un château de sable resurgir des flots et se reconstituer. Je vous avais également expliqué, chers parents, que cette vision inéluctable des choses ne devait, selon moi, pas nous empêcher de continuer à creuser car elle était largement compensée par les visages des enfants qui s'illuminent à mesure que s'édifie leur château fort, en vue d'affronter vents et marées.

Vous aurez relevé au passage toute la subtilité du concept: en définitive, c'est bien nous, les parents, qui bâtissons les châteaux de sable de nos enfants. ;-) En ne perdant jamais de vue ce principe toujours vérifié: moins nos Haricots sont grands, plus vite ils se lasseront du gros-œuvre... et ne réapparaîtront qu'au moment des finitions! :-) Avant de se lancer dans l'aventure, il convient par conséquent de bien présumer de ses forces et, à moins d'avoir à disposition une troupe de fantassins prête à remuer ciel et sable pour reproduire la réplique du Corcovado, il faut faire appel à l'ingénierie appliquée. Non qu'il soit question de rivaliser ici avec ces artistes qui réalisent de véritables sculptures éphémères à l'occasion de concours internationaux (et que les enfants n'ont pas intérêt à approcher... :-?) mais plutôt de construire un château un tant soit peu original, dans lequel les Haricots pourront s'amuser et qui contiendra honorablement les assauts des vagues.

Sous le désordre la plage!

Deux mois déjà se sont écoulés depuis la rentrée des classes. Aux flâneries propres à la légèreté estivale s'est substituée la régularité métronomique du rythme scolaire. Dernier vestige d'une insouciance révolue, l'ambiance des cours de récréation semble avoir échappé un tant soit peu à cette reprise en main, au gré de l'animation née des camaraderies et des chamailleries du moment. Structurante par définition, l'école lutte, à sa manière, contre l'augmentation de l'entropie de notre société.

Vous avez dit 'entropie'? :-) Petit rappel scientifique: le deuxième principe de la thermodynamique prédit que, sans apport d'énergie, un système évolue spontanément vers les états les plus probables, qui sont désordonnés. L'entropie est une mesure de ce désordre. Ainsi, si vous versez de la grenadine dans un verre d'eau, l'entropie du système - soit le contenu du verre - sera maximale quand, suite au mélange, la couleur sera devenue uniforme. Le breuvage obtenu constitue un état plus désordonné que l'état initial mais aussi plus stable (et accessoirement meilleur mais là n'est pas le propos). Et, qui plus est, la transformation est irréversible: la grenadine ne va pas spontanément se séparer de l'eau. Il en va ainsi de l'univers tout entier: l'entropie du monde tend vers un maximum... eh oui, c'est comme ça.

Haricot recherche temps perdu

Ce lundi, on vous donne rendez-vous quelque part entre  le temps perdu de Proust et les aventuriers de l'arche perdue d'Indiana Jones. Au sein d'un de ces week-ends où tout semble tourner en apparence sauf que, un rien sous la surface, les choses dévient de leurs cours. Juste légèrement mais toutes en même temps. Le genre de week-end qui bientôt aura la saveur sucrée-salée de la compilation d’anecdotes mais dont dimanche soir, on se dit juste: “Vivement la semaine, qu’on se repose!” :-)

L’histoire se déroule dans plusieurs lieux. Un nid dans le Brabant wallon, quitté vendredi soir et réintégré dimanche soir.

Mots d'enfants: à la plage

Fleur, bientôt 5 ans, est en vacances au bord de mer. Devant traverser une rangée d'algues pour atteindre l'eau, elle s'exclame: "Maman, moi j'aime pas les épinards de mer!"...

Retrouvailles! Episode 1: J-1

Aaaaaaaaaaah! Plus qu’une fois dormir avant de retrouver ma puce! :-) :-) :-)

Deux semaines que Haricot 1 était partie faire le plein d’iode chez ses grands-parents, laissant derrière elle Haricot 2, lui affirmant avec aplomb qu’il était « encore trop petit pour partir longtemps sans papa et maman ».

Toussaint: premières vacances de l’année scolaire pour lesquelles nous avions, bien à l’avance, tâté le terrain auprès des « Papy et Mamie de France » en jouant la corde sensible: « Pffff, déjà lui rechercher un stage. Va falloir être imaginatif pour innover par rapport à tous ceux qu’elle a déjà expérimenté au mois d’août... ».

La réponse ne s’est pas fait attendre et a même largement dépassé nos espérances: « Et si on la prenait? Mais une semaine, c’est un peu court au vu des trajets. Ca poserait un problème à l’école si elle manquait la semaine qui précède les vacances? »

Vive les vacances: nouvelles de là-bas par Haricot 1

Cher Papa, chère Maman, Les vacances sans vous, c’est chouette. Je m’amuse bien chez Papy et Mamie. Comme il fait beau, je vais à la plage tous les matins avec Tata. Après j’irai au stage de tennis avec Rémi mais ça a pas encore commencé. Je mange bien. Souvent du poisson quand je choisis dans la boutique de Mamie ou alors je vais chez Monsieur Martin, le boucher puis acheter les légumes au marché. Je fais aussi la sieste puis je fais du vélo ou je joue dans la petite piscine...

Voyage en voiture, épisode 2: "J'dois faire pipi, c'est pressé!"

(...suite de l'épisode précédent)

Et sieste digestive il y eut. Plus ou moins. Parce qu’il faut dire que les arrêts / redémarrages à répétition qui caractérisent le si agréable périphérique parisien ne facilitèrent pas les choses. Tant et si bien que Haricot 1, réveillée par ces saccades, ne resta pas longtemps silencieuse et se mit à commenter tout ce qu’elle voyait.

Extraits: « Maman, t’as vu le gros camion vert? », « Maman, ça fait beaucoup de bruit une moto, hein? », « Maman, t’as vu, 'y a des vélos sur le toit de la voiture rouge! Alors pourquoi mon vélo, il est dans le coffre et pas sur le toit? », « Oh, t’as vu, on dirait la camionnette du papa de Jules », « Waaaaaaaa, cette voiture, elle a un bateau derrière!!! C’est pour aller sur la mer, Maman? », « Et nous, où on va, 'y a aussi la mer. Mais nous on a pas de bateau, hein, Maman? Pourquoi on n’a pas de bateau, nous? » « Mais c’est pas grave parce qu’on peut aussi aller dans la mer avec ses bouées, c’est la même chose alors moi je vais aller avec mes bouées. »...

Sus au sable!

Tout le monde se réjouit du retour des beaux jours. Après un hiver polaire, le come-back du soleil est salvateur. Adieu doudounes, thé de Noël, crème hydratante pour les mains gercées... Bonjour lunettes de soleil, rosé en terrasse, lait solaire au Monoï... Et à l’école, adieu récréations intérieures, bonjour bac à sable! Et là, je mets au minimum un bémol, au maximum mon veto!!! Mais comme ni l’inspection scolaire ni le corps enseignant ne me demande mon avis, il ne me reste qu’à vous communiquer mon désarroi. :-)

Il faut dire que mon Haricot 1 (3,5 ans) est - à l’image de Homme - un vrai modèle d’extérieur. Quand il bruine, il ne pleut pas, d’ailleurs « l’herbe, elle est même pas trop mouillée, maman »! Avec délectation, elle court, saute et se roule selon les saisons et les occasions dans la neige / les feuilles mortes / la boue et surtout, surtout, extase: dans le sable!

Il faut croire qu’elle est comme prédisposée: son père est un insulaire et nous avons vécu à la mer du Nord pendant les deux derniers tiers de ma grossesse... Mais quand même!