18 juil Urgences! Episode 3 et fin: Garde-malade

Vous vous souvenez des /avez récupéré les épisodes 1 et 2? Parfait! :)

Eh bien maintenant, c’est lundi matin. La nuit a été “+/- normale” (le concept de la normalité étant déjà sujet à interprétation, je vous laisse le soin de juger ce qu’évoque “+/- normal” pour vous…). Et, comme convenu la veille au soir, puisqu’il était trop tard pour joindre le service garde-malade de la mutuelle et que l’entourage n’était pas en mesure de s’y coller, la règle de famille égalitaire a voulu que Maman prenne le tour de garde du matin et Papa celui de l’après-midi. Les employeurs respectifs ne sont pas ravis. Mais ce n’est pas comme si nous l’étions non plus, hein!

Commencer à fêter son anniversaire en tête à tête avec une petite bouillotte raplapla pré-nurofen en buvant de l’ORS à nos santés pour essayer de convaincre fiston que “MMMMmmmh, c’est délicieux, les sels de réhydratation”, c’était une grande première pas si festive que ça.

Ça ne l’est pas plus devenu quand, post-nurofen, j’ai troqué, comme la veille, mon Haricot tout mou contre un lapin Duracell type poule sans tête, dépensant de l’énergie sans trop savoir exactement à quoi.

Heureusement, je sais – et je me le répète – que ma lutte contre l’ouragan qui ne se souvient plus du tout qu’il a une double otite sera de courte durée car la relève paternelle arrive à 13 heures et la relève externe – entendez la garde-malade – prend le relais demain.

Accepter une garde-malade, c’est un peu comme chercher une baby-sitter de remplacement quand la vôtre, votre perle familière, habituée aux enfants, à la famille et à la maison, n’est pas pas dispo. C’est pratique mais pas très rassurant. Alors, en parent anxieux, on essaie tant bien que mal de garder un peu le contrôle de la situation:

- Allo, Adecco Medical, bonjour…

- Bonjour, je souhaiterais faire appel à une garde malade pour mon fils de 2 ans demain toute la journée.

- Avez-vous déjà fait appel à nos services cette année, Madame?

- Oui, deux fois. Et justement, comme ça c’était bien passé, surtout la dernière fois, serait-il possible de demander à “Nurse 2″ en priorité? Ca me permettrait de ne pas avoir à tout (…) .

L’efficace réceptionniste me coupe. Elle connait le refrain et n’a pas envie que je commence à m’épancher. Elle ne risque rien. Haricot 2 danse autour de moi tel un indien en hurlant: “C’est qui? C’est qui? C’est à moi (télé)phone! C’est à mwaaaaa!” Je croise les doigts pour qu’elle n’en déduise pas qu’elle va devoir appeler Super Nanny et remercie quand elle me répond:

- Je fais mon possible et je vous rappelle.

Ca ne tarde pas mais les nouvelles ne sont pas bonnes. Aucune des deux garde-malade déjà passées par ici n’est libre.

- Je vous donne les coordonnées de la personne qui viendra pour 7h30 chez vous demain matin. Elle  s’appelle Alla. Bonne journée.

Euh…

- Allo Alla (Hum, pratique!)? Bonjour je suis la maman du petit garçon que vous garderez demain. Pouvez-vous être à 7h30 chez nous?

-  Je n’ai pas de voiture. Vous habitez près d’une gare?

- Euh, oui… Pas trop loin. Je vous donne mon adresse.

- Ah ok. En prenant le premier bus vers 6h30, je devrais pouvoir être à la gare vers 7h15 et puis venir à pieds si vous m’expliquez…

- (Hum, pratique aussi, ça. Je ne suis pas la reine des gps humains, alors…). Mon mari viendra vous chercher. Je vous préparerai une feuille avec toutes les consignes et mon fils sera réveillé. Je dois être partie à 7h50 pour déposer mon aînée à l’école avant de prendre le train alors ce sera du condensé…

- Paaaaas de problème, madame. Merci et à demain.

“Paaaaaas de problème”. Elles disent toutes ça. Mais c’est loin d’être évident de confier enfant malade et maison à une étrangère qu’on briefe 15 minutes et à qui on colle, de force souvent, le Haricot inquiet/pleurant/hurlant dans les bras en disant tout haut à destination de tous mais surtout de nous-même : “Vous verrez, ça ira mieux dans cinq minutes.”

De fait, ça a été. Aux dires du moins de Alla que j’ai appelé le midi et que j’ai libéré tôt en fin d’après-midi, n’arrivant de toute manière pas à être très productive au boulot. Côté “médication”, jusqu’ici les rapports sont toujours nickel. Côté “quotidien de l’enfant”, c’est parfois un peu fantaisiste. Cette fois: “Ca a été. Il n’a pas beaucoup mangé à midi alors il vient de finir son assiette pour le goûter mais c’est un gentil garçon facile.”. La première en 2011: “Il ne voulait pas faire la sieste tout seul dans sa chambre alors je me suis couchée à côté de lui sur le sol…mais chaque fois qu’il me voyait, il rigolait. Il n’a pas beaucoup dormi… Mais c’est un gentil garçon.” et Nurse 2: “Evidemment, quand j’ai voulu vous appeler sur votre gsm et qu’il a sonné sur le meuble à côté de moi, j’étais un peu embêtée…”

Moi aussi. Personne n’est parfait. Ni les garde-malade. Ni les parents! :)

 

Tags:
Haricot Magique
info@haricotmagique.be
No Comments

Post A Comment