16 mai Week-end en famille: la vie comme elle va

C’est à la fois toujours un peu pareil et toujours un peu différent. Cinq jours de course professionnelle et deux seulement (quand tout va bien…) pour tenter de se laisser vivre en famille. Deux jours faits, comme d’habitude, de rendez-vous, d’activités et de non-activités. Instantanés d’un week-end qui n’a rien d’exceptionnel et c’est ça qui l’est: la vie comme elle va.

Vendredi soir

Merci aux grands-parents qui ont accueilli, pour la deuxième soirée consécutive, les deux Haricots, nous permettant, à Homme et moi, de profiter d’une belle soirée musicale ‘live’ dans le cadre des Nuits Botanique – sans penser “compteur baby-sitting” – et nous offrant, par conséquent, le lendemain un réveil matinal sans petons qui bondissent sur le lit parental dès l’aube. La claaaaasse! :-)

Samedi matin

Récupération des Haricots à 09h30. Ils pètent la forme. Les grands-parents moins. That’s life! ;-) Pas le temps de ranger le souk laissé par les Haricots derrière eux, direction l’atelier cirque de Haricot 1. Un de ses plaisirs hebdomadaires. Pas de chance, le moniteur est grippé. Il y a flottement, c’est tellement rare d’avoir les deux Haricots un samedi matin…

Pour atténuer la déception du mini-clown acrobate, direction le marché printanier de son école. Nous y achetons quelques fleurs par plaisir et pour soutenir le projet de l’école. Les Haricots en profitent pour filer dans le – satané – bac à sable de la cour. Chouette de penser que nos enfants se sentent bien dans leur établissement… sauf qu’évidemment, au moment de partir et malgré l’annonce clairement anticipée d’un départ imminent, pas moyen de rattraper nos Haricots sablés sans intervention ‘physique’. Résultat des courses: nous quittons l’école avec un Haricot hurlant dans chaque bras.


14h00, coiffeur: La princesse Haricote a validé la suppression de sa longue chevelure. Adieu Raiponce, adieu – j’espère – les crises de larmes du matin dès que j’approchais de la puce avec une brosse. Bonjour petit carré avec frange asymétrique.

Soirée: Après un apéro en quatuor, un dîner aux chandelles.

Homme et moi nous régalons ‘maison’ à l’occasion de nos six ans de mariage. Même si on a coutume de dire que le bonheur ne se mesure pas, le nôtre se chiffre en centimètres. Il mesure au moins 1m79, soit la taille de nos deux loulous mis bout à bout. ;-)

Dimanche matin

L’œil à peine ouvert, il faut renvoyer Haricot 1 dans sa chambre. Il est beaucoup trop tôt. Pour les petites filles comme pour les parents. Elle ne l’entend pas de cette oreille. Elle se rebiffe, fond en larme dans le couloir, de quoi potentiellement réveiller un mort et donc, plus probablement, son frère. Il faut couper court. Ne pas céder, ne pas utiliser le chantage, ne pas être autoritariste…On vient à bout de l’affaire en un quart d’heure. Que d’énergie dépensée! :-(

Heureusement, plus tard dans la journée, nos enfants s’égaieront en compagnie d’une bande de congénères d’âges divers. Quel bonheur de voir notre mini-Haricot n’éprouver aucun complexe à échanger des passes de balle au pied avec un grand ado conciliant. Quel plaisir de votre notre Haricote comparer sa robe avec celles des copines. Un baptême, quelle aventure! Alors quand c’est celui de jumeaux de 9 mois…

Au retour, dans la voiture, nos deux loustics ont rapidement cédé à Morphée. Gageons que l’une devait rêver de la quantité astronomique de dragées multicolores ingurgitée tandis que l’autre songeait à ce mystère non-résolu: “pourquoi donc Maman semblait-elle mi-gênée mi-amusée quand je disais tout fort dans l’église: ‘Veux de l’eau, veux de l’eau, veux de l’eau'”? Ok, ce grand truc en pierre ressemblait plus à une petite baignoire qu’à un gobelet mais les jumeaux ont pu boire, eux. A moins que… ;-)

Et dire que ce lundi, c’est reparti…

Allez, bonne semaine à toutes et à tous! :-)

Haricot Magique
info@haricotmagique.be
No Comments

Post A Comment